Josée Asselin, une femme sans enfant par choix, lance son entreprise.

À 37 ans , Josée Asselin,  femme sans enfant par choix,  a voulu relever un nouveau défi et s’accomplir autrement en créant sa propre entreprise.

Titulaire d’une maîtrise en musique, elle se lance dans la création du Conservatoire de musique Les Schubertiades situé sur la rive-sud de Montréal, à Brossard.

C’est avec enthousiasme que je vous fait donc découvrir une autre femme inspirante sans enfant.

1-  Josée,  pourquoi avez-vous eu envie de créer votre entreprise?

Créer cette entreprise est un projet de vie pour moi et une manière de réaliser quelque chose à mon image.

J’ai toujours appris la musique de façon sérieuse , sans jamais oublier toutefois,  que ce doit être aussi un amusement. La musique nous donne l’occasion d’exprimer et d’approfondir l’éventail des émotions qui nous habitent.  C’est également un art accessible pour tous qui permet de s’accomplir personnellement.

Le Conservatoire Les Schubertiades a pour mission de transmettre la musique dans un cadre rigoureux mais toujours amusant afin que chaque élève, enfant ou adulte, puisse exploiter son plein potentiel à travers une musique apprise convenablement.

2Comment votre entreprise se distingue-t-elle, selon vous?

Mon conservatoire se distingue puisque j‘y offre trois volets de formation : le volet récréatif, le volet élite ( dédié aux élèves désireux de se préparer pour les examens  dispensés par des institutions comme Vincent -d’Indy) et le volet adultes- aînés.

Également, j’encourage beaucoup les parents à s’impliquer dans la formation de leur enfant en assistant aux cours  VIP ( Very Important Parent).  De cette manière, ils peuvent alors prendre connaissance d’un bilan d’avancement de leur enfant et  ainsi témoigner de ses progrès et apprentissages.

Tout est pensé pour donner à tous la chance d’apprendre dans le meilleur environnement possible.

3- Quel type de formation offrez-vous à vos élèves?

Une formation qui  reflète ce qui est enseigné dans les plus hautes sphères académiques, soit la musique classique et la musique jazz ( la formation jazz sera intégrée graduellement au conservatoire).

4-Quel est le plus grand défi à relever en tant que femme lorsqu’on crée son entreprise seule?

C’est de se faire confiance et surtout de ne pas douter de la valeur de son rêve.

5- Y’a t-il des avantages à être sans enfant en tant qu’enseignante?

Indéniablement. Je me concentre pleinement sur mes élèves  et je n’ai pas à me soucier de devoir quitter le travail en vitesse pour aller m’occuper de mes enfants à la maison. Je ne suis pas non plus prise dans une routine.

Avoir  fait le choix de ne pas enfanter ne m’empêche toutefois pas d’aimer côtoyer quotidiennement des enfants. J’aime leur énergie et leur joie de vivre qui pousse à voir la vie plus simplement , avec un soupçon de légèreté. Aussi, souligner les fêtes telles que l’Halloween et Noël  auprès des enfants est un petit bonheur dont je ne me prive pas!

Enfin, en tant que femme, ma vie sans enfant m’offre également plus de liberté et de temps pour moi.

Je vous souhaite donc, chère Josée, la meilleure des chances dans la concrétisation de votre rêve d’accomplissement : la création d’une école de musique à votre image.

Catherine-Emmanuelle