Tomber enceinte après des années d’infertilité: comment se redéfinir.

Après des années d’infertilité, votre souhait le plus cher se réalise. Vos derniers résultats le confirment: vous êtes enceinte!

Encore sous le choc, à la fois heureuse et terrifiée, vous vous demandez : quelle sera la suite, qu’est-ce qui m’attend et, surtout, comment me définir maintenant?

Avant d’être une femme infertile, vous vous définissiez probablement par vos loisirs, vos champs d’ intérêt votre travail, votre statut matrimonial et vos amis.

Puis, des années d’infertilité sont venues bouleverser vos repères et vous avez subtilement commencé à vous définir à travers l’infertilité: votre vie s’est tranquillement mise à tourner autour des cycles de traitements, de vos états d’âme et de vos nombreuses déceptions. Au fil du temps, vous avez assisté, impuissante, aux grossesses de vos amies . Envieuse de leur situation, vous vous êtes isolée d’elles peu à peu. Vous avez perdu le chemin menant à votre identité profonde de femme pour vous considérer uniquement comme une  “femme infertile”.

Quand soudainement, on vous annonce que vous rejoindrez le camp des mamans!

Après des années d’infertilité,  ce constat amène son lot d’émotions complexes et de défis.

Premièrement, la femme infertile nouvellement enceinte doit absorber le choc et la surprise d’une telle nouvelle. Elle doit graduellement s’ouvrir à l’idée de laisser aller ce statut de femme “infertile” qui la définissait depuis longtemps au profit de celui de femme “fertile”.

Deuxièmement, chez le couple touché par l’infertilité, le stress émotif et financier entourant les années de traitements peut entraîner une crainte de perdre l’enfant en cours de grossesse ou qu’il soit victime de problèmes de développement. Certains couples vont même jusqu’à éviter de diffuser la nouvelle de leur grossesse avant le second  trimestre par peur de vivre une fausse couche. Étonnamment, la nouvelle d’une grossesse, pour les couples infertiles depuis des années, peut être une période angoissante, troublante et marquée par la solitude.

Troisièmement, les relations avec les couples encore infertiles peuvent devenir plus ardues. Il n’est pas rare de voir les couples soudainement fertiles ressentir de la culpabilité d’avoir réussi à procréer. Certaines relations se termineront. D’autres se redéfiniront avec l’arrivée de l’enfant.

Quatrièmement, après vous avoir apporté son soutien durant de nombreuses années lors de votre parcours d’infertilité, votre entourage sera peut-être peu réceptif à vous entendre discourir sur les inconvénients que vous fera vivre la grossesse : instabilité hormonale et émotionnelle, anxiété ou dépression.  Comme pour les autres femmes, le décalage, entre le rêve et la réalité de la grossesse peut être déstabilisant. Le grand bonheur d’être enceinte ne fait pas disparaître vos émotions les plus négatives et votre inquiétude. Ces émotions sont légitimes et méritent d’être reconnues et entendues. C’est un aspect dont on traite très peu publiquement et qui demeure encore extrêmement tabou.

Finalement, la grossesse pour les couples infertiles, après des années de traitements,  est une bénédiction en soi et une victoire acquise durement.

Quels que soient les sentiments entourant cette grossesse – anxiété, bonheur, stress, culpabilité, joie, isolement- il est important de les accueillir sans jugement. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de vivre cette grossesse qui est la vôtre. Toutefois, si ces émotions s’avèrent trop envahissantes,  il est primordial de ne pas hésiter à consulter un thérapeute spécialisé en infertilité.

 

 Librement traduit et adapté de l’article “I’m pregnant, now what? ”

 par Catherine-Emmanuelle Delisle

Merci à Martine Batanian pour sa précieuse révision et ses judicieux conseils.

Tiré de: 

Resolve: The National Infertility Association (www.resolve.org).

Auteure: Amy Blanchard, Ph.D., psychologue en Californie.

 

.