Femme, tante, mais pas mère : serais-je sorcière?

Je suis femme. Hier, j’étais la sœur aînée, mais aujourd’hui… je suis tata !

Hier encore, j’avais 20 ans… et un frère de 4 ans mon cadet. Aujourd’hui, j’en ai 32, lui vient d’en avoir 28 et en ce dimanche 9 avril, il est devenu papa. 

Doit-on être mère quand on est femme ?

Je vis au Canada, mon frère et ma famille sont tous en France. Je viens de voir ma nièce pour la première fois, en photo. En posant mes yeux sur ce petit être, c’est un regard neuf que je porte sur moi-même. Je réalise que je suis tata et c’est une sensation agréable. Je prends alors conscience d’une chose : peut-être ne serais-je jamais mère, mais je peux être tante et quoi qu’il advienne, je serai toujours femme. 

Certainement que, comme l’écrit Mona Chollet dans son ouvrage Sorcières, la puissance invaincue des femmes, qu’entre les mères, les tantes et celles qui n’aiment pas les enfants, je fais partie de la deuxième catégorie de femmes — au sens propre, pour sûr, et au figuré, aussi. 

Être tata, sans être maman : une pression de moins ?

Jusqu’à présent, je n’avais pas réalisé que mon petit frère, celui que j’ai quasiment élevé pendant le divorce de nos parents, allait faire de moi une tante. 

En vérité, j’avais toujours pensé, inconsciemment ou non, que je serai la première à avoir un enfant. Je suis l’aînée de notre fratrie, mais aussi l’aînée de six petits enfants. Cependant, plus je vieillis, moins je ressens le désir d’enfanter. 

Pour être honnête, j’ai été soulagée lorsque mon frère nous a annoncé qu’il allait avoir un bébé. C’était comme si la pression qui pesait sur mes épaules s’était soudainement relâché. J’ai pensé : quoi qu’il arrive, ma mère sera grand-mère, la tâche ne m’incombe plus pour ainsi dire. Sans le savoir, mon frère m’a délivrée de ce devoir implicite qui pesait sur mes épaules de femme. 

Et dans 3 mois, c’est ma belle-sœur qui deviendra maman. Croyez-le ou non, elle aussi, c’est la cadette ! Cette fois encore, quoi qu’il arrive, ma belle-mère sera grand-mère. Et moi qui suis femme, si je ne suis jamais “maman”, je serai toujours “tata”. 

Alizée Rodriguez



(Visited 220 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.