« L’héritage est à la base, lié au sang ; la lignée que je ne peux pas perpétuer en tant que femme sans enfant par circonstance de la vie. » Qu’ai-je envie de laisser comme héritage et comment je vis l’acte de transmettre? C’est une bonne question qui m’hérite de prendre le temps d’y réfléchir.

Aujourd’hui, je partage le fruit de mes réflexions et de mon expérience dans le cadre de la World Childless Week où le sujet de l’héritage qu’on laisse est abordé.

Tout d’abord je prends le temps de revenir quelques années en arrière pour voir le chemin parcouru.
C’est à 38 ans que j’ai fait mon deuil de la maternité après des traitements de fertilité infructueux, douloureux physiquement et émotionnellement, suivi d’un divorce, d’une période de célibat, de deuil et d’acceptation.

Moi qui avais toujours pensé qu’il m’était impossible d’être heureuse sans avoir d’enfant, j’ai pris la décision de respecter mon corps, de ne pas forcer la nature, d’accepter le deuil de la maternité et de poursuivre mon chemin de vie, sereine et confiante que le bonheur était là en moi et pas ailleurs.
À partir de là, j’ai ouvert mon cœur, trouvé l’amour, des nouvelles amitiés se sont créées et j’ai renoué avec la créativité. La créativité a été pour moi un puissant catalyseur de retour vers moi et de transformation. Cette démarche personnelle et évolutive ne s’est pas faite du jour au lendemain et elle se poursuit encore en continue, à petits pas en cultivant la créativité au quotidien, à travers la voie du yoga et la pleine conscience.

J’apprends à être une mère pour moi-même (la version enfant, adolescente et femme) et à m’offrir l’amour, l’écoute et le soutient dont j’ai besoin pour m’épanouir pleinement. Le don et l’amour de soi, c’est un bel héritage à s’offrir à soi premièrement pour ensuite le partager autour de soi.
Je n’ai pas eu l’opportunité d’avoir des enfants mais j’aime les enfants et les gens. J’ai toujours en moi le désir profond de faire une différence dans la vie des gens. Ainsi, au fil des années je me suis impliquée bénévolement au sein de plusieurs causes sociales, collecte de fonds et activités communautaires. Depuis quelques années, j’ai mis à profit ma créativité pour créer bénévolement des cartes et les offrir à des personnes vivant une période difficile (enfants, adolescents, adultes et personnes âgées) afin d’offrir un peu de réconfort notamment durant la période des fêtes et maintenant avec la période pandémique unique et jamais vécue.

J’aime passer du temps avec mes neveux et nièces à créer, jouer, rires, discuter, les écouter, les consoler, faire du yoga, danser, célébrer leur anniversaire non pas avec des cadeaux matériels mais en créant des moments uniques. Bref, créer des bulles de bonheurs avec chacun d’eux et partager tout simplement du temps précieux ensemble afin que chacun puisse se sentir aimé, important et conserver des souvenirs mémorables.
Au-delà de l’aspect financiers et matériels, je désire surtout laisser à ceux qui resteront après moi, des valeurs humaines d’amour, de partage et d’ouverture. Tout au long de ma formation professorale en enseignement du yoga mon professeur Sylvie Tremblay disait toujours : Give – Love et Wide-open. Ce sont ces 3 mots qui font désormais partie intégrante de moi et que j’ai envie de laisser en héritage.

L’amour, le partage dans l’acceptation de la nature propre à chacun.

Nathalie Desrochers