Participation à l’émission « Médium large », le 7 avril dernier.

Chères lectrices,

Une nouvelle chance de prendre parole en votre nom dans les médias s’est offerte à moi!

Lundi, 7 avril dernier, j’étais une des invitées de Catherine Perrin à l’émission radiophonique Médium large  sur ICI Radio-Canada première ( 95,1 fm) vers 9h40. J’y étais pour échanger en compagnie de Catherine Perrin et Pénélope McQuade sur la création de mon blogue ainsi que sur les enjeux importants entourant les femmes sans enfant par circonstances de la vie ou par choix.

Vous désirez me faire part de votre avis sur le sujet des femmes sans enfant dans la société actuelle? N’hésitez pas à partager avec moi vos commentaires au bas de ce billet ou sur Facebook et Twitter.

 

 

(Visited 1 times, 1 visits today)

8 Comments

  1. Josianne 2014/04/04 at 7:15

    Pour ma part, j’aimerais que les gens sachent (pour arrêter de perpétuer les préjugées) que ce n’est pas toutes les femmes qui ressentent l’horloge biologique, un désir et se projètent dans le rôle de mère en y voyant un épanouissement. Je ne vois pas cela comme une fin en soi, il faut arrêter de généraliser et d’associer ensemble la féminité et la maternité car on fait chacun son propre cheminement parfois sinueux dans ce désir/non-désir/circonstances de vie/infertilité selon son vécu et ses valeurs et rien n’est totalement simple dans ce questionnement, si questionnement il y a…Chacun sa route, chacun son chemin, on doit essayer de comprendre au lieu de juger pour que chacun est droit à une place dans la société. Il y a d’autres façons de se réaliser dans la vie (Dieu merci), au lieu de procréer on peut créer sa vie avec ses choix, il suffit d’être féconde créativement. La différence fait peur et ça ne rassurent pas les gens qui font leurs choix dans la conformité établie par la société ou la religion. Il faut oser SE choisir dans cette société où la maternité est idéalisée et la réussite sociale est prônée dans celle-ci. La pression reste forte de céder et le plus difficile est parfois d’assumer ses choix avec tout ce que ça implique comme réaction. Ce n’est qu’une partie de mon opinion.. mais l’essentiel y est. Merci!

    Reply
  2. marie 2014/04/05 at 11:37

    Un thème qui pourrait être abordé au sujet des femmes sans enfants dans la société actuelle est celui de la responsabilité des médias qui, depuis quelques années, ne font que glorifier et idéaliser la maternité faisant se sentir mal bien nombre de femmes n’ayant pas voulu ou pas pu avoir des enfants (et faisant également souffrir les femmes qui ont des enfants et pour qui la grossesse et la maternité ne se passent pas toujours de manière aussi idyllique, ceci dit en passant…).
    De la même manière aussi le discours mensonger des médias qui font souvent la couverture de leurs journaux avec la maternité tardive de telle ou telle célébrité. Ce qui a pour effet de faire croire que la maternité à 40 ans et plus est facile alors qu’il s’agit, dans une partie importante des cas, de grossesse par don d’ovules, ce qu’ils omettent bien entendu de signaler.

    Si, à la place de tout ceci, on pouvait simplement montrer une autre image de la femme, la montrant au travers de ses réalisations personnelles sans la limiter à ce rôle-là, je crois que cela ferait beaucoup de bien à tout le monde.

    Bonne émission !

    Reply
    1. Catherine-Emmanuelle Delisle 2014/04/06 at 9:17

      Bonsoir Marie!

      Je suis vraiment en accord avec votre propos.Je ferai de mon mieux demain pour en parler.

      Merci de votre contribution!

      Catherine-Emmanuelle

      Reply
  3. Joanne Loiselle 2014/04/07 at 4:11

    Bonjour Mme Catherine, je vous ai entendu ce matin et j’ai repensé à notre condition de couple : nous étions fertiles tous les deux mais incapable d’avoir d’enfants. Ça s’appelle infertilité inexpliquée! Cette infertilité a aussi été dure à accepter pour nous deux. Mais comme vous le disent si bien d’autres personnes : nous avons adopté, en Chine. Notre Florence a maintenant 13 ans. Toutefois, je resterai toujours dans mon âme et dans ma tête, une femme infertile.

    Joanne

    Reply
    1. Catherine-Emmanuelle Delisle 2014/04/08 at 5:38

      Bonsoir Joanne,

      Je souffre également d’infertilité inexpliquée.Votre témoignage me touche donc beaucoup…Je crois que vous avez raison également en disant que malgré le deuil, l’acceptation et parfois l’adoption, on porte le fait d’être une femme infertile toute sa vie. C’est la souffrance qui s’atténue avec le temps, pour certaines.

      Bonne route à vous!

      Catherine-Emmanuelle

      Reply
  4. marie 2014/04/07 at 5:02

    Bonjour Catherine-Emmanuelle,

    J’ai écouté votre interview à « Médium Large ». C’était très intéressant. Je me suis reconnue dans un aspect que vous avez évoqué, celui d’aidant naturel que jouent souvent les femmes auprès de leurs proches. On porte beaucoup sur nos épaules. Alors, entre les études, la recherche du bon compagnon et ce dévouement qu’on a souvent aux autres, et si en plus des problèmes médicaux s’en mêlent, le temps passe vite, trop vite. Et il est facile de rater la coche.

    Marie

    Reply
    1. Catherine-Emmanuelle Delisle 2014/04/08 at 5:48

      Bonsoir Marie,

      Je suis heureuse de pouvoir faire apparaître aux yeux du grand public,des réalités dont on ne parle pas. Oui, les femmes sans enfant sont souvent celles qui s’occupent de leurs proches vieillissants.En plus, lorsqu’elle sont célibataires, elles doivent assurer leur propre survie, se réaliser et entretenir un réseau social. Beaucoup de défis et bien peu de reconnaissance.

      C’est un peu cela, l’infertilité sociale: ne pas rencontrer la bonne personne au bon moment et être prise par le tourbillon de la vie!

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.