Quels sont les défis d’être une belle-mère FSE ?

Dans le cadre de la journée intitulée  « Beaux- parents sans enfant par circonstances » en ce 12 septembre 2023, j’ai voulu donner la parole à des membres du groupe Facebook Entre femmes sans enfant pétillantes. Leurs témoignages sont partagés ici en préservant leur identité. Leurs noms sont donc fictifs. Merci mesdames d’avoir osé partager! 


« … Pour moi, je vis avec la peur constante que les enfants du conjoint fassent leurs propres enfants. Lui, il sera grand-père, moi, personne ne sait quoi… »

Élodie

 

 « …Voilà un sujet qui me touche particulièrement Je dirais , avec mon expérience d’environ 10 ans que les défis sont:

1-Trouver sa place entre les enfants, le parent séparé/décédé et le parent conjoint 

2-Oser donner son avis en tant qu’adulte même quand on n’a pas soi-même l’expérience de parent 

3-Accepter l’idée que les beaux-enfants auront peut-être des enfants …

 4-Ne pas trop en faire surtout si on nous ne le demande pas ! (on n’a rien à « prouver », on a été choisie…).. »

Monique

 

« …Je trouve qu’il y a beaucoup de défis ! Devoir s’occuper d’un enfant qui n’est pas le nôtre et essayer de le faire aussi bien que si c’était le nôtre. Car l’adulte, c’est nous et l’enfant n’y est pour rien. Tout en sachant que si un jour on se sépare avec son père, je n’existerai plus pour cet enfant que j’ai pourtant un peu élevé.

Ne pas lui faire ressentir toutes nos mauvaises vibrations et ne pas lui faire payer « inconsciemment » bien sûr notre frustration de maternité.

Essayer de profiter des bons moments, car c’est mine de rien ce qui se rapproche le plus de la parentalité.

Devoir partager son conjoint les semaines de garde. Double peine, l’absence d’un enfant et l’absence du conjoint. (Dans mon cas nous n’habitons pas ensemble)

Enfin, la liste est longue, il y a sûrement d’autres choses que je vis au quotidien et auxquelles je me suis habituée.

Je tiens quand même à dire malgré tout ça, que cet enfant à qui je « sers » de belle mère est adorable et que même si je ne suis pas sa mère il m’a adoptée et me manifeste beaucoup d’attention… »

Estelle

 

« Je vis au quotidien en tant que FSE et belle-mère de 2 beaux-fils (de 2 précédentes unions). Voici les défis auxquels je suis aussi confrontée: 

– Comme notre conjoint/mari est donc déjà père, en tant que FSE et belle-mère nous devons faire le deuil de la maternité/parentalité seule (même s’il est triste de cette situation et de l’échec de ce projet de vie que nous avions) 

– Notre vie de famille recomposée nous renvoie tous les jours au fait que lui a des enfants mais pas nous, ce qui n’est pas évident pour avancer sur le chemin du deuil car la vie quotidienne nous le rappelle déjà constamment et partout (entourage pro et perso, dans la rue, les magasins, cabinets médicaux, etc) donc notre « chez nous » n’est pas pour autant un lieu de « répits »…. »

Flore


Vous êtes une FSE par circonstances et une belle-mère? Vous avez besoin d’être soutenue par quelqu’un qui comprend cette réalité de l’intérieur?

Contactez-moi sans tarder: Catherine-Emmanuelle Delisle, TRA, Thérapeute en relation d’aide MD, spécialiste du deuil de la maternité.

 

(Visited 150 times, 1 visits today)

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.