WCW 2019: Se faire traiter d’égoïste par un homme dans une soirée d’affaire.

20 septembre: Ces paroles qui blessent…

De nos jours, on entend souvent dans les médias ce type de commentaire:« ..En tant que parent, j’ai de l’empathie pour… »

Explorons ce que ce type de propos déclenche en nous, les sans enfant par circonstances, en cette journée. Je crois que nous avons tous la capacité d’être empathique à différents degrés: avec ou sans enfant.  Et vous, qu’en pensez-vous?


 

C’était pendant un colloque d’affaires assise à une table d’environ 8 personnes qui attendaient le repas et le conférencier invité. Comme à l’habitude dans ce genre d’événement on fait le tour de table pour se présenter et s’échanger des cartes d’affaires. L’homme assis à mes côtés me demande si j’ai des enfants… que lui il en a trois. Je lui répond simplement que non mais ne lui dit pas que dans les 3 dernières années nous avons vécus toutes les gammes d’émotions en clinique de fertilité et que ça fait juste quelques jours que j’ai enfin accepté la situation, que je tourne la page, que nous n’aurons pas d’enfants et que je concentre mon attention sur mon entreprise… je focus sur le présent. Suite à ma réponse, il me dit sur un ton un peu condescendant: “C’est par choix ou par circonstance?”. J’étais un peu surprise de sa question en cette soirée où le principal sujet était l’entreprenariat, j’aurais bien volontier parler de mon entreprise, de mes défis d’entrepreneur, etc.. Je lui répond donc que c’est un peu des deux, que c’est compliqué nous avons été en clinique de fertilité, ça été difficile mais qu’aujourd’hui je suis bien avec ça et que mon conjoint et moi on s’est créer de nouveaux projets. Il me demande avant même que je finisse ma réponse “Vous n’avez pas pensé à adopter?”. Vraiment? Il ne lâchait pas le morceau! J’aurais dû lui dire que c’était personnel et que ce n’était pas vraiment l’endroit pour discuter de ça, mais je sentais encore ce besoin de me justifier. Je lui répond donc que oui on y a songé avant d’aller en clinique de fertilité mais que les circonstances de la vie ont fait en sorte qu’on a pris une décision de ne pas avoir de famille. Et là… devant toute une table entourée de 7 hommes et femmes d’affaire il dit haut et fort: “Ben là tu ne trouve pas que c’est un peu égoïste d’être en santé et de ne pas avoir d’enfant!” De toute ma vie de femme adulte c’était la première fois que le commentaire d’un homme de mon âge (dans la trentaine), éduqué, homme d’affaire … me rendait mal à l’aise et me laissait sans mot. Déjà que je ne suis jamais trop à l’aise dans ce genre d’événements, je ne savais vraiment pas quoi répondre, je n’arrivais pas à comprendre son commentaire et son comportement. J’étais sous le choc… comment pouvait-il dire que c’était égoïste? Heureusement je fut sauvée par le conférencier qui entrait sur la scène à ce moment précis. Je n’ai pas été capable de me concentrer sur la conférence cette soirée là… j’avais juste le goût de partir. Si j’avais été un homme, est-ce qu’il aurait eu la même conversation? Très probable que non! À la fin de la conférence, je suis sortie en vitesse. Et je ne l’ai plus jamais revu. Aujourd’hui je me demande combien de femmes ou d’hommes ont dû subir ces genres de conversation. Cher monsieur, avoir des enfants ou non ne définit pas qui nous sommes, ça ne définit pas qui je suis: une femme d’affaire, une conjointe, la marraine de la plus jolie fillette de 10 ans, une artiste, une amoureuse de la vie, une fille reconnaissante envers sa maman, une amie toujours à l’écoute et une humaine/maman pour son chat adoré. Cher Monsieur, on peut aussi être égoïste même si on a choisi d’avoir des enfants. Voilà ce que j’aurais aimé lui répondre!

Nadine Léger