World Childless Week 2019 : Trop entendu

Pour marquer cette journée du 20 septembre 2019 intitulée, “Ces paroles qui blessent” , je partage grâce à la générosité de Martine Batanian et de son éditeur, Marchand de feuilles, un extrait de son livre Clinique. Ce texte illustre parfaitement le quotidien de plusieurs femmes qui vivent l’infertilité . Un collage poignant de phrases qui trop souvent,  malgré le fait qu’elles soient portées par de bonnes intentions, n’apportent pas de réconfort… 


 Trop entendu

Ma plus grande réussite, c’est d’être mère. Je ne me suis jamais sentie aussi femme. Une femme doit vivre la maternité pour s’épanouir entièrement. Ne pas pouvoir avoir d’enfant est contre-nature. Infertilité : un an sans grossesse. Stérilité : deux ans sans grossesse. C’est la loi de la sélection naturelle. Voulez-vous qu’on vous montre comment faire ? Dieu te punit. Prie Sainte-Rita. Prie la Vierge Marie. Prie. Es-tu croyante ? Peut-être un complexe d’Électre non résolu. Peut-être le mois prochain. Une incapacité d’identification à la mère. Pour porter un enfant, il faut cesser de porter sa mère. Une agression sexuelle. Un traumatisme important dans l’enfance ou l’adolescence. La peur d’être une mauvaise mère. Le refus de devenir une femme. Le désir de rester éternellement la fille de sa mère. Une mauvaise perception de son corps. Une relation de couple malsaine. L’aimes-tu vraiment ? Veux-tu vraiment un enfant ? Tu t’es peut-être trompée de partenaire. Une culpabilité d’exister. Une interdiction inconsciente du bonheur de la reproduction. La peur de l’engagement et des responsabilités. La crainte d’être envahie et de ne plus avoir de temps pour soi. Si tu n’arrives pas à tomber enceinte, c’est justement parce que tu as eu peur de ne pas y arriver.

Endométriose. Tu y penses trop. Polypes. Tu n’es pas encore prête. Cloison. Tu cherches trop à comprendre. Maladie. Douleur. Fausses couches. Tu te stresses trop. Tu n’as aucun contrôle sur tes pensées. Je n’en reviens pas que tu sois aussi malchanceuse ! Je n’ose pas imaginer comment j’aurais réagi si je n’avais pas réussi à avoir d’enfants. Avoir des enfants est une raison pour ne pas se laisser mourir. Détends-toi. C’est la plus belle chose au monde. Respire. Nous ne pouvons quand même pas cacher notre bedaine ou faire semblant de ne pas être heureuses. Lâche prise. Connaissez-vous Darwin ? Les enfants donnent un sens à la vie. Laisse aller. Pourquoi t’isoles-tu ? Tu nous manques. Un enfant change notre rapport au monde (celui-ci devient plus sain). Es-tu incapable de partager notre bonheur en attendant ? Les mamans ont besoin de ton aide. Avec des enfants, les priorités changent, le travail prend moins d’importance, l’essentiel émerge. Comment va ton travail ?

L’enfant choisit ses parents. Dans la vie, il n’arrive rien pour rien. « La conception d’un enfant nécessite la rencontre de trois désirs inconscients : celui de la femme, celui de l’homme et celui même de l’enfant à naître. » (Françoise Dolto) Tu payes sans doute pour quelque chose de mal, d’inacceptable, que tu as fait dans le passé ; ne t’étais-tu pas fait avorter ? Être mère est le rôle le plus valorisant qui soit. Avoir un enfant n’est pas une garantie de bonheur. Les gens qui n’ont pas eu d’enfant ne peuvent pas comprendre. Quand la machinerie ne fonctionne pas, il n’y a pas grand-chose à faire ! Partez en voyage ! Quand on a un enfant, on comprend l’importance de préserver la planète. Tu devras un jour cesser de pleurer. Il faut laisser le temps au temps. Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts (ou plus fragiles, ou plus folles). La femme est faite pour enfanter, il y aura donc toujours des femmes enceintes autour de toi. Ce n’est pas injuste : l’univers ne te doit rien. Accepte ton destin. De toutes les portes, tu ne vois que celle qui t’est fermée. Adopte et tu tomberas enceinte.

Vous pouvez voir le papier peint de la chambre du bébé sur notre blogue. Depuis que ma compagne est enceinte, le summum de la féminité, pour moi, c’est la grossesse. Il aurait fallu essayer plus jeune. En attendant, profitez donc de vos grasses matinées ! C’est quand même bizarre d’essayer de faire un bébé dans une éprouvette. Crois-tu mériter ce qui t’arrive ? Baby-boomau Québec. Transmettre son code génétique. Transmettre ses valeurs. Mettre au monde un enfant. Donner des petits-enfants à ses parents. Comment peux-tu imaginer tomber enceinte avec toute la peine que tu as (à ne pas tomber enceinte) ? Fais-toi à l’idée : peut-être n’auras-tu jamais d’enfants. Réduis le sucre. Évite la friture. Opte pour un régime végétarien. Porte la jupe plutôt que le pantalon. Toute la famille, y compris le nouveau-né Patrick (voyez comme il est mignon sur la photo), vous souhaite un très joyeux Noël. Reste positive ! La nature est pleine de mutations, d’imperfections, de ratés, de manques, d’erreurs. Force-toi à rire sans aucune raison.

Est-ce que c’est froid une clinique de fertilité ? Est-ce que c’est bourré de vieilles bourgeoises qui veulent se faire engrosser ? Vous vous fabriquez un bébé sur commande.Mais quelles sont vos motivations pour vous acharner autant à vouloir être parents ? Aujourd’hui, à cause des cliniques de fertilité, c’est ridicule, n’importe qui peut avoir un enfant ! Il faudrait faire subir une évaluation psychologique aux gens qui consultent en clinique de fertilité. Invitation à unshowerde bébé. Invitation à un baptême. Invitation à te joindre à notre séance de cardiopoussettes : rendez-vous chez Starbucks. Parking for Pregnant Women Only. Prends soin de la femme en toi et tu procréeras. Fais-toi belle, prends des bains, lis des revues féminines. Prends ta place dans l’ordre générationnel. Pardonne-toi. Réconcilie-toi. Sois sans reproches. Le temps n’est pas venu. Ton corps veut peut-être te dire quelque chose. Ton corps t’écoute. Tu es obsédée. Utilise un thermomètre basal. Peut-être n’aurais-tu pas été une bonne mère. Tu as trop de colère. Tu te poses trop de questions. Tu réfléchis trop. Tu envies trop les autres. Arrête d’être amère, sois heureuse. Sois heureuse pour tes amies enceintes. Céline Dion. Julie Snyder. As-tu essayé l’acuponcture ? L’homéopathie ? L’ostéopathie ? La médecine chinoise ? Les multivitamines Materna ? Le rebirth ? L’hypnose ? Colorier des mandalas ? Connais-tu quelqu’un à qui je pourrais vendre mes vêtements de grossesse ?

Vous pouvez admirer les photos de ma bedaine sur mon blogue. J’ai fait mouler ma bedaine, regarde. Vois mes échographies. Admire ma famille. Visualise la tienne. Connais-tu le livre Le secret ? Verdict : trente pour cent de chances de tomber enceinte. Tu veux dire que tu as soixante-dix pour cent de chances de ne jamais tomber enceinte ? Tu t’en fais trop. Quand on arrête d’y penser, ça marche. Fais la chandelle. Pars en voyage. Écris un livre. Ton livre est ton bébé. Moi, j’ai des enfants, mais je n’ai jamais publié de livres. Les femmes, parce qu’elles procréent, sont de loin plus précieuses que les hommes. Surtout, détends-toi. Puregon. Ovidrel. Clomid. Bromocriptine. Karma. Ton corps t’envoie un signe, à toi de l’interpréter. Sais-tu que nous avons une période d’ovulation ? Qui prendra soin de vous lorsque vous serez vieux ? Prends des vitamines. Mange plus d’aliments riches en fer. Moins de produits laitiers. Moins de viande rouge. Moins de café. Pas d’alcool. Évite le stress. Ne pratique pas de sport violent. Tu devrais remettre en question ton ambition : tu cherches à reproduire le comportement masculin en sacrifiant tes projets personnels pour obtenir des emplois prestigieux. Trouve-toi un autre projet.

On ne parvient à avoir un enfant que lorsqu’on consent au don. Tu n’es plus une fille, mais tu n’es pas encore une femme : tu n’existes pas. C’est triste que tu ne puisses pas donner la vie. Je ne suis pas en forme, mais j’ai une bonne excuse : je suis mère. Toi, tu ne peux pas mettre la dégradation de ton corps sur le compte de tes grossesses. Les femmes, déesses de la fertilité, ont droit à beaucoup de jouissance. Manchote. Même pas capable de faire un enfant. Moi, j’ai des enfants, mais je ne suis pas au courant de l’actualité politique et culturelle : raconte-moi. Moi, j’ai des enfants, mais je ne suis pas propriétaire. Il y a aujourd’hui tellement d’enfants qu’on manque d’école pour les accueillir ! Les ondes que les enfants dégagent aident à tomber enceinte : passe du temps en leur compagnie. Il ne faut pas envier les autres, c’est méchant. Between you and your husband,who is the problem ?As-tu du plaisir quand tu fais l’amour ? Arrives-tu à t’abandonner ? On récolte ce que l’on sème. La chambre libre au deuxième, pourquoi ne pas lui donner une utilité, faire ton deuil ? Vous êtes vraiment trop sensibles. As-tu pensé à l’adoption ? Adopter, c’est tellement plus facile que vivre une grossesse.

Connais-tu l’histoire de France Beaudoin ? Pourquoi vouloir à tout prix un enfant biologique ? Moi, si je n’avais pas réussi à avoir des enfants, je n’aurais pas hésité à adopter. Tu adoptes ? Pourquoi dans ce pays-là ? Ne veux-tu pas essayer encore un peu ? Au moins, en clinique, ça reste un bébé de vous deux. On ne peut avoir qu’une seule mère. Rien ne remplace les liens du sang, et la beauté de porter un enfant, la joie, la très grande joie de savoir qu’on l’a conçu et porté et mis au monde et connu même avant son premier souffle. C’est un bonheur qui ne ressemble à rien d’autre, qui dépasse toutes les autres grâces, et par lequel on peut dire que la vie vaut la peine d’être vécue. Avoir un enfant est un privilège, pas un droit.

 

 

Tiré de Clinique par Martine Batanian, éditions Marchand de feuilles, Montréal.


 

Vous avez envie de découvrir ce livre? Procurez-vous le tout au coeur de la boutique femmesansenfant.com!