Femme sans enfant: un blogue qui peut aussi aider les hommes…

Bonjour Catherine-Emmanuelle,

Je suis un homme de 37 ans. J’ai été avec une femme de 7 ans mon aînée et nous n’avons pas pu avoir d’enfant.

Ce n’était pas une question de fertilité, plutôt, je pense, une incompatibilité chimique. Nous n’avons pas voulu avoir recours aux cliniques de fertilité pour procréer.

Nous nous sommes finalement séparés à cause de cela. Elle ne se voyait pas en couple avec moi sans enfant. Son deuil a été très douloureux.

En rétrospective, je réalise à quel point je n’ai pas été à l’écoute de ce qu’elle vivait. Je ne mesurais pas l’ampleur de cette projection du vide maternel.

Ton blogue peut-être utile et pertinent pour bien des hommes…

Merci!

Marc

(Visited 20 times, 1 visits today)

10 Comments

  1. Baek 2014/10/30 at 10:22

    Bonjour ,
    j’ai 41 ans et suis avec ma femme qui ne peut avoir d’enfant ( syndrome de turner ) .Cela fait 12 ans que nous sommes ensemble et je le sais depuis le début ou elle a été clair avec moi.Mais il y avait possibilité avec la PMA .Mais finalement les médecins nous on fait comprendre que c’était impossible .C’est plus dur pour moi que pour elle qui a déjà fait son deuil depuis son adolescence.En france l’adoption est quasi impossible et la GPA interdite , et les enfants consus à l’étranger ne sont pas reconnus. Donc ma femme me dit de refaire ma vie , mais je ne veux pas la quitter non plus .C’est très dur psychologiquement.snif!

    Reply
    1. Catherine-Emmanuelle Delisle 2014/10/30 at 7:00

      Bonsoir à vous,

      Votre message me touche.Cette situation doit-être en effet déchirante… C’est comme si la vie ne vous permettait pas de réaliser votre rêve d’avoir des enfants avec la femme que vous aimez. Avez-vous consulté un thérapeute pour vous accompagner dans de si profondes décisions? En attendant, vous pouvez compter sur mon écoute et sachez que vous n’êtes plus isolé dans vos difficultés. Le fait de partager votre situation avec les autres lecteurs et lectrices est un geste altruiste bien qu’il génère une certaine souffrance.
      Je suis de tout coeur avec vous…
      Catherine-Emmanuelle

      Reply
    2. sylvie mallette 2014/11/21 at 5:51

      Je vis sensiblement la même situation que vous mais à l’opposé. C’est moi qui ai plus de difficulté à faire mon deuil que mon conjoint. Lui pourrait refaire sa vie avec une autre femme mais il m’a choisit. Il m’a choisit car avant d’être parent on est un couple. S’il n’y a pas de couple, il n’y a pas d’enfant. Notre relation est précieuse, l’amour qui nous habite, la complicité qui nous lie, le rire qui nous anime et bien plus… Tout cela fait qu’à 41 et 43 ans nous nous sommes choisit même s’il y a un deuil à vivre concernant les enfants.

      Bon courage !

      Reply
      1. Catherine-Emmanuelle Delisle 2014/11/23 at 8:27

        Chère Sylvie,

        Votre relation avec votre amoureux est précieuse et visiblement, il vous aime beaucoup. Chérissez ces moments de bonheur et de complicité. Ils sont à mon avis irremplaçables.

        Le chemin du deuil d’enfanter est long, tortueux. Toutefois, il est possible de le parcourir et d’en sortir épanouie. Bon courage!

        Catherine-Emmanuelle

        Reply
  2. Louise 2014/11/20 at 8:55

    Bonsoir,
    Je viens de voir votre reportage à la télé et je reste un peu surprise de voir que l’on aborde pas la question de l’adoption.
    J’ai passé 4 années à essayer d’avoir des enfants. On m’a dit au tout début, vous avez un utérus en T, donc aucune chance pour vous de tomber enceinte. Par la suite, j’ai suivi des traitements de fécondation in vitro, en tout, trois traitements et le plus difficile à été le premier qui n’avait pas fonctionné, là je me suis dit, bon c’est fini, prends les embryons congelés et tourne la page. C’est ce que j’ai fait afin de ne pas avoir de regret et lors de ma dernière visite au centre Procréa… notre décision était prise, nous allions adopter. Deux semaines plus tard, nous nous trouvions à l’agence d’adoption pour la Russie. Ce fut notre plus belle décision… aujourd’hui mon plus vieux, a 17 ans et le plus jeune 14 ans. Mes garçons vont très biens et ce sont de beaux « russes » en santé et très épanouis. Au moment ou le médecin m’a déposé mon plus vieux dans les bras en 1997, en Russie, j’ai tout de suite sentie ma fibre de mère se mettre en branle et ça n’a jamais cessé. Nous n’avons jamais regretté d’avoir adopté, comme mon mari l’a mentionné plusieurs fois, on n’aurait pas réussi à avoir d’aussi beaux enfants! Donc pour celles qui désespèrent, il y a des solutions et pour les autres il y a des étapes à accepter et oui il y a une vie sans enfant, j’ai deux copines qui ont fait ce choix et qui sont très bien dans leur peau. Tout est une question de choix, la seule chose que j’oserais conseiller aux femmes infertiles, est de prendre les bonnes décisions et de ne pas avoir de regret, oui il y en a des solutions et oui, même si on a pas « porter » ses enfants, on les a porté sur papiers pendant 9 mois ou 1 an et ils sont très très désirés… en plus c’est un moment vécu par le père dès le moment ou la proposition nous arrive.
    Une femme comblée qui a vite fait son deuil de l’infertilité…

    Aussi, belle initiative votre blogue, je suis certaine que vous allez aider et supporter plusieurs femmes, car c’est souvent un souvent très délicat et la pression sociale est ce qu’elle est… IMMENSE.

    Louise

    Reply
    1. Catherine-Emmanuelle Delisle 2014/11/23 at 8:46

      Chère Louise,

      Comme vous le savez peut-être, l’adoption est une solution proposée souvent aux infertiles.Toutefois, elle ne convient pas à toutes. C’est mon cas. Je suis heureuse que vous soyez comblée. De mon côté, comme femme célibataire, je ne me voyais pas adopter seule un enfant.

      Merci de vos encouragements.

      Catherine-Emmanuelle

      Reply
    2. Baek 2016/04/09 at 11:47

      Bonjour,
      Bien sûr que l adoption existe mais je peux vous dire que entre 1997 et 2016 cela a beaucoup changé. La Russie comme de nombreux pays on fermés leur porte notamment avec la loi pour le mariage pour tous qui ne cautionne pas. De nos jours il est quasiment impossible d adopter à part si on s appelle hallyday ou pitt.

      Reply
      1. Catherine-Emmanuelle Delisle 2016/04/19 at 8:12

        Bonjour Baek,

        Merci de parler de l’adoption dans votre commentaire.C’est une solution qui est souvent proposée aux gens qui ne peuvent avoir d’enfant. Mais ce n’est pas aussi facile que l’on croit d’adopter.

        Au plaisir de discuter avec vous de nouveau!

        Catherine-Emmanuelle

        Reply
  3. baek 2016/04/26 at 7:35

    Bonjour,
    effectivement l’adoption est très compliquée de nos jours . Déjà pour obtenir l’agrément , cela met un temps fou , ensuite une fois qu’on là il est valable 5 ans et autant dire que durant cette période ,il ne sert à rien car vous n’aurez pas d’enfant proposé pendant cette période . De plus chaque année il faut refaire une demande à la maison de votre département et si depuis votre dernière demande il y a eu des élections ou des changements de direction , on a l’impression que cela repars à zéro ,que c’est notre 1ère demande .Très très dur psychologiquement ,il faut s’accrocher avec l’administration française.On nous dit qu’il n’y a pas d’enfant proposé car avec les lois françaises , les parents biologiques sont prioritaires même si ils ne s’occupent et ne voient plus pleurs enfants .Donc les enfants restent en foyer dans l’espoir de revoir leurs parents qui ne reverront jamais car ils s’en foutent et refusent de les abandonner, juste pour toucher les allocations.Même le personnel socio ,ça les rend fou , mais c’est comme ça .C’est la loi française .Et nous on a plus d’espoir malheureusement non plus de notre côté .Voilà de l’amour à revendre d’un côté , et de l’autre à recevoir mais chacun de son côté malheureusement.Pour adopter en pays étranger , le coût est très important , certains pays profitent du business ,les voyages ,etc,etc.C’est très éprouvant et faut pouvoir se libérer avec son travail .Bref c’est presque un boulot à plein temps . Des jours je me dis finalement c’est pas plus mal de ne pas avoir d’enfant avec le monde dans lequel on vit , et puis certains jours ,le blues me gagne avec la peur de ne pas pouvoir transmettre mes valeurs , et de vieillir seul .

    Reply
    1. Catherine-Emmanuelle Delisle 2016/07/07 at 11:54

      Je suis convaincue que plusieurs personnes sans enfant craignent la vieillesse seule. De là l’importance de se bâtir un solide et diversifié réseau.

      Merci encore pour votre commentaire!

      Catherine-Emmanuelle

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.