Entrevue 2: Édith Vallée, sans enfant par choix.

Edith Vallée est une psychologue retraitée de  65 ans.

Procurez-vous ses  livres :

Lancé le 18 mars 2014: “Pas d’enfant pour Athéna“.

Commandez par l’intermédiaire d’un libraire québécois, à l’attention de MJWF édition, à l’adresse suivante:

soleilsdiffusion@hotmail.fr

À découvrir aussi:Pas d’enfant, dit-elle… “

 

Je suis née dans le sud de la France, au sein d’une famille bourgeoise traditionnelle. Mon frère et moi, nous avons été des enfants très aimés. La culture à l’époque était misogyne, les femmes  considérées comme secondaires, et au service du succès des hommes. J’ai su vite que je voulais être reconnue, mais que je ne demanderais pas à un enfant de me donner la valeur qui me manquait. Néanmoins, à 20 ans, je pensais faire des enfants, disons un ou deux, par conformisme. Puis il y eut deux rencontres essentielles pour moi : la révolution de mai 1968 et un grand amour.

Mai 68 m’a confirmée dans l’idée que ce n’est pas parce qu’on définit une chose ou une personne d’une certaine façon, qu’elle l’est, de fait. J’ai remis en question fortement les définitions des relations entre hommes et femmes entendues jusque là. Je me suis mariée avec mon grand amour, et j’ai ressenti peu à peu, que l’enfant n’était pas du tout nécessaire dans le couple. Nous étions heureux ensemble, c’est tout. J’ai soutenu ma thèse de psychologie sur le choix de non maternité, et je l’ai publiée avec le titre de ”Pas d’enfant, dit-elle” (Imago)

A côté de mon activité professionnelle – aider les cadres d’entreprise à retrouver une orientation de carrière, travail qui m’a enthousiasmée – peu à peu, j’ai découvert mon fil conducteur : la recherche en histoire de l’art. J’ai compris que c’était là le moyen d’être reconnue et d’être heureuse sans dépendre de personne. J’ai publié sur les représentations de la Vierge au musée du Louvre et maintenant sur les déesses grecques. Entre temps, s’est produit mon divorce, mon mari voulait à la fois des enfants et une autre femme.

Je vis en couple depuis dix ans. Mon compagnon a des enfants avec qui je m’entends bien, et des petits enfants apparaissent. Je ne suis pas comme une grand-mère. J’attends que les bébés grandissent et m’intéressent davantage.

Je n’ai jamais pensé à un quelconque prénom pour les enfants envisagés à 20 ans. Tout cela était bien abstrait. Je n’ai donc pas imaginé leur transmettre des valeurs. En revanche, j’ai le sentiment profond d’être à ma place sur terre, et de remplir le rôle qui est le mien, que j’ai choisi : d’une part, participer à la construction d’une identité féminine dissociée de la maternité, en faire l’éloge dans la société. D’autre part, prolonger la vie des oeuvres d’art. Quand on s’approche d’un oeuvre avec attention, on lui donne à chaque fois un plus de vie. Et bien davantage quand on la fait aimer autour de soi.

Vous pouvez maintenant visiter le nouveau site d’Édith Vallée à l’adresse suivante:

http://non-maternite.org